5 raisons de ne pas reprendre contact avec un amour de vacances

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vacances d’été sont un lointain souvenir. La rentrée a rhabillé le moral en gris pâle. La solitude se fait pesante. Faut-il pour autant rappeler son amour de vacances ?

Les humains occidentaux adorent la période des vacances pour se rencontrer, se séduire et sortir ensemble. Ce contexte leur offre un cadre idyllique pour se livrer à une relation qu’ils n’auraient pas forcément eu en temps normal. Intense, insouciant, furtif et passionné, cet amour est apprécié des estivants parce qu’il a l’avantage d’avoir une fin. C’est le contrat d’intérim de l’amour. De l’amour précaire. Mais avec les smartphones et Facebook, la notion de « fin d’amour de vacances » perd tout son sens. Si en 1993, Christophe Rippert, le chanteur à vieilles minettes (elles ont 40 ans aujourd’hui), qualifiait l’amour de vacances « d’histoire sans lendemain », en 2013, le lendemain devient possible ! La technologie facilite la possibilité de se texter des « Miss U baby» ou des « tu t’souviens y’a 1 mois on kénait sur la plage de Port Barcarès ». Question subtilité on repassera, personne n’a dit que Roméo avait rencontré Juliette au camping des Castors de Vérone !

Pour autant, un amour de vacances doit il survivre à l’été ? Est-ce que cette jeune femme doit revoir ce délicieux trentenaire rencontré à l’UCPA Almirida option cata ? Est-ce que ce jeune homme doit rappeler cette belle brune embrassée sur la piste de danse de l’Amnesia ? Moi ça me paraît évident que non, c’est pourquoi je vous donne mes 5 raisons de ne pas rappeler votre amour de vacances.

Votre amour de vacances a pleuré le jour de votre départ : Arrosant de larmes ses tongs Havaianas, il ou elle a eu énormément de peine en vous quittant. Vous rappelant de ce douloureux moment, vous vous demandez « Ne suis-je pas passé à côté de l’homme ou de la femme de ma vie  ? ». Un peu d’estime de soi, on ne tombe pas amoureux de quelqu’un qui chiale en tongs.

Votre amour de vacances n’était pas majeur au moment des faits et vous aviez plus de 10 ans d’écart : Et vous voulez reprendre contact ? Autant appeler les flics tout de suite pour vous dénoncer. Et puis arrêtez de vous dédouaner par un «  je ne savais pas ! Avec ses 154 bracelets au poignet ,elle faisait plus agée » ou par un « admet qu’il ressemblait à Ryan Gosling  dans Classe Croisière».

Votre amour de vacances n’existe pas : Lorsqu’on vous demande « C’est quand la dernière fois que t’as niqué ? », vous répondez « pendant les dernières vacances ». Car personne ne peut prouver le contraire et il est établi qu’on ne rappelle pas un amour de vacances, mais tout le monde sait que quelqu’un qui répond « c’était pendant les dernières vacances » en restant évasif, n’a pas eu de relations sexuelles depuis des lustres.

Votre amour de vacances ne vit pas en France : Ah que de beaux souvenirs avec ce beau chilien bien membré ou avec cette australienne aux seins gorgés de soleil. L’envie de vous revoir est plus forte. Votre amour de vacances rapplique donc en France et comme il ne connait que vous, bah il dort chez vous. Tous les soirs, il vous prodigue son subtil massage aux huiles de banane en souvenir de celui qui vous avait fait craqué(e) en vacances et au bout 4 jours, votre appartement sent comme une bananeraie martiniquaise. Vous n’en pouvez plus. Vous ne supportez plus son accent. Et puis, comment fait votre amour de vacances pour rester bronzé alors que vous êtes redevenu(e) aussi pâle qu’Amélie Nothomb ? L’histoire se termine par un serrage de main à Roissy Charles De Gaulle.

Vous avez toujours vu votre amour de vacances en maillot de bain : La relation s’est épanouie alors que votre amour de vacances et vous portiez quotidiennement un bikini ou un petit slip moule paquet. Imaginez maintenant que vous vous donniez rendez-vous à Châtelet en octobre sous la pluie, habillés tous les deux avec trois couches de vêtement. Vous n’allez pas vous reconnaître et vous allez croire au posage de lapin  alors qu’il ou elle vous attend sous votre nez. Le cœur triste, vous vous jetez sous le métro. Métro dans lequel se trouve votre amour de vacances pestant contre les gens qui se suicident pour un rien. Mais vous n’êtes plus là pour subir cette dernière humiliation. Alors par pitié, gardez le souvenir de votre amour de vacances et restez loin des rails de la RATP.

Alors convaincu(e) ?

Leave a Reply