6 Questions à… Nora Hamzawi

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nora Hamzawi est humoriste. Sélectionnée par le festival Juste Pour Rire en 2009, elle joue son 1er spectacle « One Woman Show » en Province et à Paris. Dans le même temps, elle tient des chroniques dans Glamour.fr et Tribeca75 et elle écrit pour la télé, notamment pour la série Scènes de Ménages sur M6, dans laquelle elle a également figuré. On a pu la voir dans l’excellent film de Benoit Forgeard « Réussir sa vie » (segment L’Antivirus). En octobre 2012, Nora revient à la Comédie des 3 Bornes avec un nouveau show, Harmonie Hormonal où elle dresse un portrait acide d’une fille d’aujourd’hui en plein cycle sur fond de mauvaise foi. En attendant, Nora répond au questionnaire de la Grande Dépression. Merci à elle.

http://cheznora.fr/

1.Le morceau où vous aimez noyer votre chagrin ?
C’est super dur de choisir, j’ai toute une playlist « chagrin ». Si c’est un faux chagrin que j’ai créé toute seule (ce qui arrive très souvent histoire de me faire un peu mes films…) dans ce cas là, j’aime boire en écoutant « Pleurer des rivières » de Viktor Lazlo.

Si je vais plus mal, ça sera « Praying for Time » de George Michael, ce morceau est tellement intense, je ne comprends pas les gens qui ne sont pas dingues de George Michael. Je peux le mettre en repeat pendant 48 heures et pleurer à chaudes larmes sans m’arrêter, limite je pousse des cris en même temps, c’est assez immonde.

« Jealous Guy » de John Lennon me fait me le même effet…

Et si c’est un chagrin d’amour ça sera « 50 ways to leave your lover » de Paul Simons, mais cette version

J’ai une BO pour chaque état…

2.La dernière fois que vous avez pleuré ?
Olala. Je pleure beaucoup trop. La vraie dernière fois, c’était il y a deux minutes , j’ai juste versé une petite larme en essayant de répondre à la question n°1 et en réécoutant des morceaux. Sinon c’était il y a quelques heures, après avoir visualisé une vidéo de moi répétant ma choré pour mon spectacle. On dirait une femme tronc .

3.Selon vous, la déprime est-elle source de création ?
Quand je déprime, je préfère manger des Pringles en me collant au radiateur que d’essayer de faire des choses bien. Pour moi, la déprime provoque des états inspirants et c’est l’après déprime et le recul qui permettent de se servir de ces états et de créer. J’ai écrit pratiquement tout mon spectacle juste après mon syndrome prémenstruel qui me rend dépressive mais surtout irritable, susceptible et parano. Quand je suis dans cette énergie là, je n’ai plus de limite et tout me semble tellement plus gros, plus grave. Cet excès me fait rire, mais seulement une fois que ça va mieux, avant je trouve qu’il n’y a vraiment rien de drôle.

4.Votre artiste dépressif(ve) préferé(e)?
Larry David, mais je ne sais pas si on peut dire qu’il est dépressif, en tout cas, il n’est pas content.

5.Un film qui vous file le bourdon à chaque fois ?
Là je pense surtout à cette vieille pub pour le jambon Herta. Celle où ce petit garçon part seul près d’une rivière, fabriquer un truc en bois pendant que sa mère coupe du jambon… le tout sur fond de flûte je crois ? L’horreur. Sinon en film, peut-être « Diabolo Menthe » de Diane Kurys, mais c’est une déprime que je recherche souvent à partir du mois de septembre alors ça compte pas.

6.Quel livre, film, disque ou artiste, utilisez-vous comme balise de détresse, pour vous sauver ?
Jay Z peut me sauver, il me donne envie de me bouger les fesses. Seul avec « The take over » ou avec Beyoncé et leur efficace « Crazy in love. »

Leave a Reply