Bant Singh : Penjabi MC

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand on me parle de musique indienne, je pense tout de suite aux films Bollywood, et ses comédies musicales mielleuses où une myriade de chanteurs et de danseurs inonde l’écran dans un festival de couleurs chaudes et éclatantes. Le genre de scène qui te fout le cafard pendant 7 ans.

Et puis, on m’a parlé de Bant Singh.

Bant Singh est un dalit, un intouchable, qui cultive une terre (dans la région du Penjab) qui ne lui appartient pas  et qu’il ne possèdera jamais du fait de sa condition social. Et ça, il ne l’accepte pas ! Alors, depuis son adolescence, Bant Singh chante des chansons  révolutionnaires et contestataires, qui racontent la pauvreté du monde paysan chez les dalits.

En 2002, la fille de Bant Singh se fait violée par des hommes issus de caste supérieure. Bant Singh réclame justice et arrive, au terme d’une longue procédure, à faire condamner 3 des 4 accusés, à la perpétuité. Mais un soir de 2006, en rentrant chez lui, Bant est sauvagement agressé en représaille de sa victoire judiciaire. Roués de coups, il arrive aux urgences en sang, et doit attendre 36 heures avant de se faire soigner. N’oublions qu’il est un dalit, il passe après tout le monde ! Ses blessures ont le temps de s’infecter et la gangrène de se déclarer. Résultat : Bant Singh a été amputé des deux mains, et d’une jambe…

Lourdement handicapé, il ne peut plus assurer seul les tâches du quotidien. Malgré son handicap, il continue plus que jamais son combat en dénonçant les injustices et les souffrances subies par sa caste et les pauvres paysans de son village. Il a perdu ses mains et sa jambe mais pas sa langue.

En 2010, trois jeunes musiciens de New Delhi, Samrat Bharadwaj, Taru Dalmia et Chris McGuinness sont venus à la rencontre de Bant Singh et ont décidé de monter avec lui, un projet musical du nom du chanteur estropié. De cette collaboration improbable, est né quelques morceaux mélangeant chants traditionnels du Penjab et beats électroniques. Un court – métrage, disponible sur Youtube, se fait l’écho de cette association. Word, Sound & Power revient sur l’histoire de Bant Singh au travers d’interviews et de chansons.

Grâce à ce documentaire, tous les ouvriers agricoles sans terres ont maintenant une voix qui parle pour eux. Celle d’« un pauvre petit paysan qui a poursuivi en justice des propriétaires terriens ». Celle de Bant Singh. Une sorte de Rosa Parks de la caste des intouchables.

Le documentaire Word Sound Power

Rejoignez La Grande Dépression sur Facebook pour déprimer en mode web 2.0 !!

Leave a Reply