Je suis Lostalgique

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cette note s’adresse aux personnes qui ont plus visité le site Lostpedia que Youporn.

Depuis que Lost s’est achevé, je me sens un peu perdu. Désorienté. Le mercredi soir, je tourne en rond. J’ai voulu me remater des épisodes. Histoire d’y retourner. Un peu comme Jack, après avoir quitté l’île. II sait qu’il a fait une connerie alors il se met à boire et à imaginer qu’en reprenant un avion LAX-Sydney, il va se re-crasher sur l’Ile. Bah moi, pareil. J’en suis là.

Je suis ce Jack barbu, qui s’arrête sur le pont, et monte sur la corniche pour sauter. Je suis John Locke, qui n’a pas ramené les autres sur l’île et qui, dans un geste de désespoir, décide de mettre fin à ses jours. Je suis Desmond, qui ne veut plus pousser le « bouton qui sauve le monde » et décide d’imiter Radzinsky en se faisant péter le caisson.

La fin de la série m’a laissé en plan. J’ai beau écouté le discours de Christian Shepard à son fils Jack, j’ai pas envie de me souvenir et de passer à autre chose.

Qui va me parler en langage codé chaque semaine ? Qu’est ce que je vais pouvoir essayer de décrypter ? Quelle série va me forcer à lire « Sa majesté des mouches » ou « Catch-22 » ? A écouter  Willie Nelson ou Mamas and the Papas ? A lire un article Wikipedia sur l’Effet Casimir ou sur la déesse Taweret ?

Regarder Lost, c’était un cours magistral et une réflexion spirituelle. Entre les épisodes, tu faisais tes devoirs en allant sur Lostpedia, afin de réviser pour l’épisode suivant : comprendre le sens des images, des mots et des références. Je suis allé hier sur Lostpedia. Y’a rien de nouveau. L’immense tableau temporel est terminé et on doit se démerder pour y trouver un sens. Grosse déprime.

Ce qui me chagrine le plus, ce sont les flashsideways : ils me sont restés en travers de la gorge. Un « Long Con » scénaristique. Tu crois qu’ils ont réussi à créer un futur alternatif après l’explosion de Jugghead en 1977… Non. C’est juste le purgatoire de Jack, son petit lieu de réunion avec tous ses amis de l’île. Avant de se dire au revoir et faire le grand bon vers la mort et l’oubli. Si tu veux te revoir la saison 6, tu dois te retaper ses longueurs de non-scénario qui n’apporte pas le moindre grain au moulin de la mythologie lostienne !

Malgré tout, une seule image du « Finale » me hante : ce brave docteur qui titube dans son champ de bambou, avant que son œil se ferme à jamais. Live Together, Die Alone… Magnifique.

Je suis malheureux. Mais il reste un dernier espoir : le coffret DVD/Blu-ray qui sortira en Août. 20 minutes de Lost inédites. J’ai trouvé mon vol Ajira pour retourner sur l’île sans l’aide de la choucroutée Eloise Hawking !

Chris Clark – I want to go back there again

2 Comments

  1. kezaco 23 janvier 2011
  2. admin 30 janvier 2011

Leave a Reply