Les passe-temps de dépressif #1 : la Pensée Magique

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Souvenez-vous de l’article sur les comportements de couple les plus énervants où je vous parlais d’un ami qui était fraîchement en couple et qui ne parlait que de sa nouvelle copine. Le bonheur le rendait chiant à mourir brûlé devant le pôle emploi de Rodez, alors que malheureux, c’était un type vraiment génial.

Et bien, j’ai tellement espéré qu’il se fasse plaquer, que cela a fini par arriver. Vous vous dites, si Yves nous en parle c’est qu’il doit s’en vouloir. Mais alors, pas du tout.

Non, si j’en parle c’est que j’ai essayé de retrouver le moment où je l’ai souhaité. Et je me suis souvenu que mon pote et moi étions dans un bar et j’ai dit dans ma tête « si je finis ma pinte avant lui, elle le plaquera avant février. » Et j’ai bu ma pinte de Guinness pleine cul sec. Et boum 2 semaines après, mon pote faisait son grand retour parmi les déprimés de la life…

Sans le savoir, je venais de faire une Pensée Magique. C’est en lisant le blog CINÉ MOI JE, tenu par Mélanie, qui consacrait une critique du film « Happiness Therapy »; d’ailleurs la chronique est meilleure que le film, très ‘grande dépression’ avec des chansons tristes, lisez la… Bref. Dans cet article, Mélanie parle des Pensées Magiques qui gouvernent sa vie comme elles gouvernent la vie de Robert De Niro dans le film : s’il se passe ça, il va arriver de bonnes choses.

Et je me suis aperçu que, sans le savoir, je faisais également des Pensées Magiques tout le temps. Combien de fois n’ai-je pas pensé ? « Si mon neveu de 3 ans se cogne la tête sur le coin de la table basse, la copine de la copine d’un pote acceptera d’aller prendre un café avec moi. » « Si la fille descend au prochain arrêt de métro, ça veut dire qu’elle veut coucher avec moi.» « Si mon boss m’offre un peppermint Fisherman’s friends, c’est que je vais avoir une augmentation de salaire et pas du tout que j’ai mauvaise haleine.»

Et ce n’est pas récent. Les premières manifestations de la Pensée Magique commencent dés l’enfance. Je me souviens que gamin, j’avais accompagné mes parents chez des amis à eux, et j’avais imploré le Tout-Puissant pour que ce couple m’offrent le Transformers Optimus Prime… La liaison divine devait être mauvaise parce que j’ai eu une moto téléguidé filaire qui ne tournait que dans un sens.

La Pensée Magique est l’arme anti-frustration des personnes atteintes du syndrome « Peter Pan », celles qui refusent de grandir et d’affronter la réalité de la vie en fuyant toutes formes de responsabilité. Globalement la Pensée Magique canalise la crise d’angoisse face à l’inconnu et donne une sensation de contrôle en cherchant à lier deux évènements qui n’ont aucun rapport. La tête de mon neveu percutant la table basse et la jolie fille rencontrée quelques mois plus tôt n’ont à priori aucun lien, mais les associer de manière irrationnelle me rassure.

Ça parait débile comme ça mais regardez, y’a plein de gens qui font des prières à Dieu ou qui brûle des cierges en disant « Hey Dieu, 2 euros la bougie c’est pas donné, donc t’as intérêt à veiller sur ma famille ». N’oublions pas non plus que la publicité utilise constamment le mécanisme de la Pensée Magique pour vendre des produits : si tu achètes Hyundai, tu vivras chaque jour comme un grand jour… (pouffement de rire)

La Pensée Magique, c’est un peu comme son plan cul : l’avoir dans son répertoire nous rassure mais l’utiliser constamment n’est pas une garantie de bonheur, mais de temps en temps, disons le, ça pimente un peu le quotidien. Allez je m’en fais une petit dernière pour la route, si le livreur de Pizza arrive avant que les Simpsons ne démarrent sur W9, je serais célèbre en Corée du Nord comme Rodriguez en Afrique du Sud…

Leave a Reply