Noël vous déprime? Des conseils pour des Fêtes moins tristes

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

11 décembre 2008 – Le temps des Fêtes n’est pas synonyme de réjouissances pour tous : une personne dépressive sur trois verrait ses symptômes s’aggraver au cours de cette période.

C’est ce qu’indique un sondage financé par une compagnie pharmaceutique, selon lequel le principal déclencheur de périodes dépressives autour de Noël est la solitude (33 %), suivi des difficultés financières (29 %).

« Si la dépression peut être liée à un déséquilibre chimique, elle peut aussi découler de circonstances difficiles, et le temps des Fêtes peut être un facteur de stress qui déclenche une période dépressive », explique Camillo Zacchia, chef professionnel en psychologie de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas.

La solitude : incompatible avec les Fêtes

D’après Camilio Zacchia, les Fêtes constituent un moment où l’aspect social et familial est omniprésent. C’est la période où on accorde beaucoup d’importance aux proches et aux amis.

« Mais lorsqu’on est sans famille ni amis, ou qu’on vit des conflits avec eux, les Fêtes rappellent l’état de solitude dans lequel on vit », explique le spécialiste des troubles d’anxiété et de la dépression.

Et la situation devient un cercle vicieux : les gens déprimés sont souvent isolés des autres, et leur solitude exacerbe leur état lors des périodes où les autres se réjouissent. « La solitude est incompatible avec le message public véhiculé pendant les Fêtes », illustre Camillo Zacchia.

Comment éviter la solitude?

Il serait possible d’atténuer les risques de retomber en dépression à l’approche des Fêtes, à condition de se préparer.

Selon Camillo Zacchia, il faut analyser les raisons qui rendent les Fêtes tristes en se posant certaines questions :

  • Qu’est-ce que représente Noël pour moi?
  • Pourquoi est-ce une période difficile?
  • Est-ce que je me crée trop d’attentes?
  • Est-ce que je me fixe des objectifs réalistes?

Puis, pour briser l’isolement, il ne faut pas tant viser un but à atteindre, mais une stratégie ou une activité, pour éviter d’être déçu.

« Si je souhaite me trouver une compagne, il ne faut pas chercher une compagne. Il faut plutôt favoriser les situations sociales ou je serai en contact avec des gens, indique-t-il. C’est souvent à travers les activités qu’on rencontre des gens, avec qui on tisse des liens, dont certains deviendront des amis et, qui sait, peut-être l’âme soeur. »

Quelle activité choisir? Il en existe une panoplie et il faut y aller selon ses propres goûts, mais l’important est d’opter pour une activité dans laquelle il y a d’autres personnes.

« Si on éprouve des difficultés dans la façon d’entrer en contact avec les autres, une psychothérapie pourra aider à lutter contre l’anxiété et la crainte d’être jugé, et à recommencer à avoir confiance aux autres », recommande Camillo Zacchia.

L’occasion de faire un bilan

D’après lui, la période des Fêtes peut constituer une belle occasion de faire un bilan. « Mais ce n’est pas le temps d’essayer de tout régler, avertit le psychologue. Il faut plutôt se demander ce qu’on fera cette année pour que ça aille mieux au prochain Noël. »

Aussi déconseille-t-il de changer ou de cesser son traitement lorsqu’on vit une période instable. « Je recommande de continuer la psychothérapie ou la médication, selon le cas, et d’attendre après les Fêtes avant de tester une nouvelle approche », conclut-il.

Martin LaSalle – PasseportSanté.net

Vous pouvez retrouver cet article ici :
http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=2008121019_depression_temps_des_fetes

Leave a Reply