Quand Ton Corps Déprime…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nous avons l’habitude de définir la dépression par ses symptômes psychologiques. Ils ne sont cependant pas les seuls: souvent, la dépression est « masquée » c’est-à-dire qu’elle se dévoile par des signes physiques. Ils sont différents et moins connus, mais néanmoins bien réels.

Dépression masquée: quand le corps exprime la souffrance morale…

Nathalie reste au lit depuis 3 semaines. Elle a extrêmement mal au dos et se sent tellement épuisée que son médecin lui a prescrit un arrêt de travail. Forcément, elle n’a pas le moral. Elle se traîne difficilement aux séances de kinésithérapie que son médecin lui a prescrites. En réalité, Nathalie vit un épisode de dépression masquée.

Quand une personne est déprimée, son humeur est atteinte. Mais parfois, comme pour Nathalie, cela se manifeste d’une manière inhabituelle, masquée. Dans ce cas, le corps parle en premier. C’est lui qui exprime la souffrance morale présente. Alors Nathalie souffre de troubles physiques qui ne font pas penser, au début, à une maladie plus psychique.

Quels troubles physiques peut-on observer dans une dépression masquée ?

Il peut s’agit de maux de tête, de mal de dos, de douleurs dans la poitrine, de troubles digestifs (maux de ventre), de douleurs diverses dans tout le corps, de vertiges… Bien sûr, les troubles plus classiques de la dépression peuvent être aussi présents.

Comment faire la différence entre une maladie physique et une dépression masquée ?

Dans le cas d’une dépression, lorsque des douleurs sont présentes, elles sont souvent assez floues, pas très focalisées sur un point précis. Les difficultés de sommeil sont souvent assez caractéristiques. Ce sont souvent des réveils très tôt le matin avec une difficulté à se rendormir.

Quels sont les critères objectifs d’une dépression masquée ou non?
(D’après le DSM4 ou manuel de diagnostic des maladies mentales).

Deux critères au moins doivent exister parmi les 5 suivants (critères spécifiques) :

– Humeur dépressive,

– Perte d’intérêt ou de plaisir pour les activités,

– Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive ou inappropriée,

– Idées suicidaires récurrentes.

Et 5 critères sont nécessaires en tout parmi les précédents (critères spécifiques) et les suivants (critères non spécifiques) :

– Troubles du sommeil (hypersomnie ou insomnie),

– Agitation ou ralentissement psychomoteur,

– Trouble de l’appétit (augmenté ou diminué avec perte ou gain de poids),

– Difficulté de concentration,

– Fatigue ou perte d’énergie.

Au total, quand une personne souffre de difficultés chroniques, il est bon de s’interroger sur la possibilité d’une dépression. Mais attention, l’inverse existe aussi. Les dépressions masquantes sont des situations qui font penser à une dépression mais qui, en réalité, cachent une maladie chronique. Cela peut se produire pour certaines maladies inflammatoires très fatigantes (spondylarthrite ankylosante par exemple) ou infectieuses (tuberculose…) et d’autres maladies encore. C’est pourquoi, en cas de difficultés de santé, avant de penser à une dépression masquée, il est essentiel de faire un bilan médical.

13/01/2009
Dr Catherine Solano

(Source : http://www.e-sante.be)



!

Leave a Reply